L’Enéide de Virgile

29 mars 2021
Télécharger le podcast

Nombreux sont ceux qui connaissent l’Iliade et l’Odyssée d’Homère. Depuis notre plus jeune âge, nous entendons le récit des aventures d’Achille et de Ulysse, et l’on s’émerveille devant la prestation de Brad Pitt dans le film Troie. Si on ne croit plus comme les grecs que ces histoires sont le récit de nos origines, il n’en demeure pas moins qu’elles sont ancrées dans notre culture. Pourtant peu de personnes connaissent véritablement l’Eneide de Virgile. Un fait bien étonnant quand on sait que ces chants racontent la suite des événements : Si Achille et Agamemnon ont conquis Troie et fondé d’une certaine façon la Grèce antique, il n’ont pas réussi à empêcher Enée d’accomplir son incroyable destin qui s’achève dans les prémisses de la fondation de Rome.

L’Eneide est donc grandement inspirée par l’Iliade et l’Odyssée. L’épopée s’ouvre notamment sur une scène de tempête forte semblable à celle rencontrée par Ulysse. Voyant la majorité de ses compagnons disparaitre en mer, Enée supplie les dieux de prendre sa vie plutôt que la leur. Cette requête permet à Virgile de construire dès le début de l’oeuvre un personnage empathique, mais surtout extrêmement pieux puisque Enée dans son discours commence d’abord par reconnaitre la toute puissance des dieux, et s’avouer impuissant devant leurs desseins.

Enée échoue à Carthage. Il décide de se rendre chez la reine Didon, personnage incontournable de cette épopée. Didon est une reine qui a construit seule son royaume après l’assassinat de son époux par son propre frère, jaloux de leur richesse. Elle reçoit Enée et ses compagnons avec beaucoup d’hospitalité. Lors du banquet donné en leurs honneur, Enée raconte comment il s’est enfuit de Troie en ruine. Si Homère avait peint Enée comme un lache qui abandonne sa ville au main ennemie, Virgile lui, démontre la bravoure du héros épique. Enée, fils de Venus, ou Aphrodite, la déesse de l’amour, s’enfuit sous les ordres de sa mère qui lui annonce qu’un grand destin l’attend ailleurs. L’intervention sacrée de sa mère lui permet de s’échapper, portant son père sur ses épaules et donnant la main à son fils.

Lors de ce même banquet, Venus ordonne à Cupidon de forcer Didon à aimer Enée. L’amour est dans ce texte comparé à un poison. Au début Enée n’est pas doté des qualités épique pour son épopée. Il pleure, invoque la mort et manque de courage. Il va conquérir son destin héroïque grâce à l’amour, comme si l’amour était antinomique avec la vie humaine. Un chant entier est consacré à la tragédie de Didon. L’amour est une qualité qui corrompt le sang, ou les passions de l’âme sont nécessairement un désordre. Le héros épique lui ne peut pas aimer, et lorsque que Jupiter rappelle à Enée qu’il a un destin à accomplir et qu’il doit quitter Cartage, il n’hésite pas, et ne souffre pas de cette séparation. Didon, elle, est désormais perdue, et meurt par elle même. Elle accomplie sa propre malédiction en se suicidant. Enée retrouvera Didon lors de sa descente aux enfers, mais elle refusera de lui parler ou même de le regarder.

Sur le modèle de l’Odyssée, Enée ère pendant plusieurs années avant d’enfin atteindre son but. Sans poursuivre le récit des aventures d’Enée que je vous laisse découvrir, il convient de revenir sur l’essence de cette épopée. Lorsque Virgile rédige l’Eneide, il a pour projet de promouvoir non seulement des valeurs morales, mais aussi d’asseoir la légitimité de l’autorité de l’Empereur Auguste sur Rome. Il s’agit de convaincre les grecs que Rome est le résultat inéluctable de la volonté des dieux. L’Histoire d’Enée c’est l’histoire d’une refondation, celle de Troie qui à été détruite et une histoire de fondation, celle de Rome.

Enée est un personnage qui incarne la sagesse, la piété, et qui s’attache à remplir son devoir, vis-à-vis des dieux, vis-à-vis de ses parents, vis-à-vis de la terre romaine. Il accepte sa devotio, lorsqu’il ne peut plus l’ignorer, lorsqu’il rencontre ses descendants aux Enfers, dont Augustus. Enée pourtant ne règnera jamais sur Rome, ce n’est ni son fondateur, ni son empereur. Il n’est pas animé par un désir personnel ou par une ambition politique, son seul souhait se résume dans ces vers  : « dabo sacra deosque ». Enée est le père spirituel de Rome, il est le guide du peuple vers une nouvelle forme de religion, non plus rituelle mais surtout spirituelle et morale. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article