Nouvelles mesures de lutte contre la pandémie annoncées en France et au Portugal

16 octobre 2020
Télécharger le podcast

Laurent Goater est conseiller consulaire, il nous détaille les nouvelles annonces d’Emmanuel Macron et d’Antonio Costa pour la France et pour le Portugal.

Dans les deux pays, une chose est sure, il y a eu depuis la rentrée des classes une forte augmentation des cas de covid même si la mortalité reste limitée.

Le Président français a annoncé dans sa dernière intervention télévisée un couvre-feu entre 21h et 6h du matin, visant à ce que les personnes qui n’ont pas l’obligation professionnelle de se trouver hors de chez eux restent chez eux. C’est un sale coup pour les bars, restaurants, salles de spectacles, cinémas et autres, avec un résultat qui semble plus qu’éventuel selon bon nombre d’épidémiologistes.

Au Portugal, on peut encore aller au restaurant, avec des tables limitées à 5 personnes, des regroupements dans les lieux publics eux aussi limités à 5 personnes, et l’annulation de tout ce qui peut regrouper un nombre important de personnes (rencontres académiques), ainsi qu’une forte incitation à utiliser l’appli anti-covid et un port du masque dans les rues fortement conseillé surtout quand les distances de sécurité ne peuvent être respectées. Par ailleurs, une loi en ce sens sera proposée à l’Assemblée de la République afin de savoir si ces mesures vont devenir obligatoires au Portugal.

En France, retour de la superbe attestation, si vous ne la détenez pas lors d’un contrôle de police entre 21h et 6h du matin, vous serez pénalisé à hauteur de 135€.

Au Portugal, les forces de l’ordre et les agences de contrôle des normes sanitaires sont appelées à multiplier les contrôles avec des amendes allant jusqu’à 10 000€ en cas de non-respect des normes dans les restaurants.

Reste que le problème des transports en commun n’est aucunement abordé, ni en France ni au Portugal si ce n’est en conseillant le recours au télétravail quand c’est possible, or on peut imaginer qu’un wagon de train ou de métro, un autobus ou un tramway bondé représentent un potentiel de contamination surement bien supérieur à celui d’un restaurant.

Prenons notre mal en patience, respectons les règles et félicitons-nous de vivre au Portugal, pays dans lequel les résultats des mesures prises depuis le début de la crise sont 3 à 4 fois meilleur qu’en France, c’est le conseil de Laurent Goater, en conclusion de son intervention.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article