Nouvelles mesures sanitaires face au variant indien au Portugal

09 juillet 2021
Télécharger le podcast

Laurent Goater, conseiller des français de l’étranger vient faire un point sur les nouveautés en matière sanitaire décidées par les autorités portugaises.

La façon de lutter contre ce qu’il faut qualifier de 4éme vague au Portugal (plus de 3 000 contaminés par jour (les autorités s’attendent à voir ce nombre doubler durant l’été), dont 90% de variant indien depuis 2 jours est différente de ce que nous avons connu jusqu’à ce jour, on ne reconfine pas, on ne prend de mesures plus dures et limitantes pour les citoyens, non, on accélère la vaccination, plus de 650 000 personnes vaccinées au Portugal lors des 4 derniers jours afin de tendre vers l’immunité collective et d’enrayer la contagion de ce variant qui a pour principale caractéristique d’être plus contagieux mais a priori pas plus dangereux que le virus original.

Ainsi le Portugal voit 60 conselhos passer en risque très élevé (sur les 308 que compte le Portugal), et bien entendu ce sont les endroits les plus peuplés ou les plus fréquentés par les touristes du pays (Lisbonne, Porto, et leurs environs, l’Algarve…). Dans ces zones, les mesures évoluent, ainsi l’interdiction de quitter ou de gagner l’aire métropolitaine de Lisbonne est abandonnée, la fermeture des restaurants à 15h30 les week-ends est abandonnée aussi. La circulation sur l’ensemble du territoire est à nouveau libre, mais on voit le certificat digital pointer le bout de son qr-code. Ce dernier n’est bien entendu toujours pas obligatoire, mais sans lui, ou sans un test de moins de 48h vous ne pourrez manger en salle dans un restaurant, vous devrez vous contenter de la terrasse (il fait beau, cela tombe bien), il en va de même pour la réservation d’une chambre d’hôtel ou pour une location saisonnière, en l’absence de certificat digital, le test sera demandé.

La France qui semble tenter par tous les moyens de garder ses ressortissants sur son territoire afin de profiter de leurs dépenses de vacances a même déconseillé les voyages vers le Portugal ou l’Espagne par crainte du variant indien avant de faire machine arrière en constatant qu’il était déjà fortement majoritaire sur le territoire, en même temps on est habitué à ces valses à l’envers de nos ministres et sous-ministres.

La grande inconnue réside pour l’avenir sur la capacité de ce virus à continuer à muter et vers quelles nouvelles formes, et sur l’efficacité des vaccins actuellement inoculés sur les prochains variants.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article