Camille Burg acheteuse-sourceuse vit à Lisbonne et nous parle de son parcours et de son métier

28 avril 2021
Télécharger le podcast

Camille Burg est une parisienne qui après ses études en école de commerce est partie travailler à Londres en tant qu’acheteuse. Au bout de quelques années, elle a choisi d’écouter son coeur et a suivi son petit ami à Lisbonne. Ce dernier y a monté un restaurant que beaucoup connaissent (Le 45° Parallelo), mais Camille ne se voit pas dans la restauration et revient à ses premières amours, l’achat d’article textiles, déco et objets publicitaires. Elle travaille ainsi du Portugal pour une entreprise basée en Australie puis se sent très vite des fourmis dans les jambes et décide de voler de ses propres ailes en créant sa société. Ce sera Giftncraft, son objet est simple sur le papier, trouver pour ses clients (de grands hôtels, des entreprises de publicité par l’objet, des marques de déco ou de textiles…) des produits qui correspondent à la fois esthétiquement mais aussi économiquement à ce qu’ils désirent, pour chacun de ses clients, c’est du sur-mesure. Et pour cela Camille a une règle, seulement du 100% made in Portugal !

Elle travaille pour des clients français et européens et a constaté, notamment suite au premier confinement une sensibilité accrue pour des productions plus proches des zones de consommation, et ainsi une forte régression du made in China. Cela semble dû à la recherche d’une meilleure réactivité, d’une meilleure qualité de fabrication et d’une volonté de ne plus dépendre à 100% de l’Asie ce qui est aussi dû au fait que le coût du fret maritime entre Asie et Europe ait quasiment quintuplé depuis une année !

Ses clients sont disposés à payer un peu plus cher pour avoir une meilleure qualité et un meilleur contrôle de leur production et la confiance dans le made in Portugal est en train de s’affermir, bonne nouvelle pour Camille et sa société mais aussi pour toute l’industrie portugaise !

Camille Burg

Giftncraft

camilleburg@giftncraft.fr

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article