Les infos de la semaine : logement étudiant, gestion des déchets, immobilier, football, moratoire sur les crédits

26 septembre 2020
Télécharger le podcast

Comme chaque samedi, on vous propose une petite sélection d'informations qui ont marqué la semaine, en s'appuyant sur les flashs infos que vous pouvez écouter tous les jours sur La French Radio.

Les étudiants logés dans des hôtels et des auberges  

Lundi, on évoquait le secteur du tourisme, qui a décidé de se mobiliser pour le logement étudiant. Le gouvernement a annoncé que 4500 lits supplémentaires venaient d'être mis à disposition pour les étudiants des universités portugaises. Et ces lits se trouvent dans des hôtels, des auberges de jeunesse ou des résidences destinées à la location de courte durée. Il s'agit d'une première au Portugal. Cette solution compense la réduction du nombre de lits dans les résidences étudiantes pour des raisons sanitaires. Les hôtels et auberges peuvent ainsi maintenir leurs emplois et assurer un minimum de rentabilité. Au total, 18 000 lits sont disponibles pour les étudiants en cette rentrée, contre 16 000 il y a un an. Les loyers mensuels ont été fixés à 285 euros maximum à Lisbonne, 263 euros à Porto et 241 euros à Coimbra et Braga. 

Le Portugal, la poubelle de l'Europe

Mardi, le journal i titrait en Une que "le Portugal continue d'être la poubelle de l'Europe." Le quotidien précise que 2,2 millions de tonnes de déchets ont été livrées de l'étranger dans des décharges portugaises en 2018, soit plus du double de 2017. De nombreuses tonnes arrivent notamment d'Italie à travers le port de Sines. A ce rythme, les décharges pourraient se retrouver saturées beaucoup plus vite que prévu, redoute Quercus, l'association environnementale du Portugal. Autre problème soulevé par le journal i : le pays ne perçoit que 80 euros par tonne livrée, quand les autres pays européens facturent 100 euros. Le gouvernement a reporté à l'année prochaine sa stratégie de réduction de déchets envoyés au Portugal.

Immobilier : les ventes ont chuté lors du second trimestre

Mercredi, on faisait un point sur le cours de l'immobilier. La croissance du prix des maisons a ralenti lors du deuxième trimestre de cette année à cause de la pandémie, pour atteindre son rythme le plus lent depuis trois ans et demi. Entre début avril et fin juin, les prix de vente des biens immobiliers ont augmenté de 7,8 %, selon l'Institut national des statistiques, contre un peu plus de 10 % lors du premier trimestre de l'année. Mais surtout, les ventes ont chuté de 20 %. Le montant des transactions immobilières au Portugal s'est élevé à 5 milliards d'euros entre avril et juin, c'est 15 % de moins que lors de la même période l'an passé.

Mercredi, le Jornal de Negocios annonçait également que les Français étaient toujours les premiers acheteurs de maisons ou appartements au Portugal en 2019. Ils représentent 18 % des investisseurs étrangers, qui achètent leur bien immobilier en moyenne 176 000 euros, c'est 57 % plus cher que ce qu'investissent les Portugais.

Foot : le joueur le plus riche du monde s'engage dans un club portugais

Jeudi, on s'intéressait au football, pour annoncer que le joueur le plus riche de la planète jouera cette saison au Portugal. Faiq Bolkiah, c'est son nom, inconnu des amateurs de ballon rond, s'est engagé avec le Maritimo Funchal, à Madère, en première division portugaise. Ce jeune homme de 22 ans est le neveu du sultan de Brunei, ce petit Etat situé au nord de l'Indonésie. Sa fortune personnelle est estimée à 18 milliards de dollars, ce qui en fait le joueur le plus riche du monde, même s'il n'a jamais joué une minute dans un championnat professionnel. Après des essais infructueux en Angleterre, peut-il atteindra-t-il son rêve ces prochains mois sur les terrains portugais.

Le moratoire sur les crédits bancaires prolongé

Vendredi enfin, on revenait sur les annonces gouvernementales de la veille, à l'issue du Conseil des ministres. L'état de contingence et les règles sanitaires en vigueur depuis le 10 septembre sont donc prolongés jusqu'au 14 octobre inclus. L'exécutif a également annoncé que le moratoire sur les crédits bancaires, qui devait prendre fin en mars 2021, était lui aussi prolongé de six mois, jusqu'en septembre de l'année prochaine. Cela signifie concrètement que les familles et les entreprises pourront demander la suspension du paiement des intérêts sur leurs emprunts bancaires pour une année encore. Seules les entreprises les plus impactées par la crise sont concernées toutefois, dans des secteurs comme le tourisme, la culture et le social.

C'est tout pour ce week-end, on se retrouve lundi à partir de 7 h 30 pour un nouveau flash infos. Bon week-end !

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article