Flash : un pays à trois vitesses, pas de confinement dans le grand Lisbonne, la banlieue sous contrainte

26 juin 2020
Télécharger le podcast

Une partie de la banlieue lisboète appelée à limiter au maximum les déplacements

Une nouvelle période de contraintes s'ouvre dans le grand Lisbonne. Le Premier ministre a dévoilé hier le plan du gouvernement pour lutter contre la hausse des cas de coronavirus dans la région. Dans 19 arrondissements ou quartiers de la banlieue lisboète, où les principaux foyers de contamination ont été détectés, Antonio Costa appelle les habitants à respecter le "devoir civique de rester à la maison". Le chef du gouvernement avait déjà utilisé cette expression au début du mois de mai, lorsque le pays était passé de l'état d'urgence à celui de calamité publique, un niveau inférieur. 

Ces quinze prochains jours, les habitants de certains quartiers sont donc invités à ne sortir de chez eux que pour l'essentiel, comme aller travailler, faire ses courses ou se soigner. Précisons que cet appel au confinement n'est pas obligatoire, mais fortement conseillé. D'ailleurs les rassemblements sur la voie publique y sont autorisés jusqu'à 5 personnes. Des équipes de la Protection civile et des professionnels de santé vont patrouiller pour vérifier que les consignes soient respectées au maximum, notamment pour les personnes diagnostiquées positives au coronavirus qui, elles, doivent impérativement rester confinées. L'objectif pour les autorités : couper les chaînes de transmission du virus. 

Pas de confinement dans le grand Lisbonne

Partout ailleurs dans l'aire métropolitaine de Lisbonne, la vie suit son cours. Avec toutefois quelques restrictions, qui frappent davantage les commerçants que les habitants. Tous les commerces doivent en effet fermer à 20 h, sauf les restaurants (23 h), les cliniques, les pharmacies ou encore les établissements de sport. Les supermarchés, eux, sont autorisés à fermer à 22 h. Les regroupements sur la voie publique ne peuvent excéder 10 personnes. Les Lisboètes peuvent donc circuler sans problème d'une municipalité à l'autre, ils doivent simplement redoubler de vigilance et respecter toutes les recommandations sanitaires (distance, port du masque, etc.).

Un état d'alerte parti pour durer au Portugal

Enfin, au niveau national, l'ensemble du pays passera le 1er juillet à l'état d'alerte, le plus faible niveau défini par la Protection civile. Et cet état d'alerte sera maintenu jusqu'à la fin de la pandémie, a prévenu le chef du gouvernement. "Tant qu'il n'y aura pas de vaccin, a déclaré Costa, nous devons continuer à nous protéger et à être responsables." Cet état d'alerte implique certaines contraintes : les regroupements sont limités à 20 personnes, il est interdit de consommer de l'alcool sur la voie publique, les personnes contaminées ou fragiles doivent obligatoirement rester confinées. 

Le montant des amendes est maintenant connu

Et on connait désormais le montant des amendes qui seront infligées partout dans le pays à partir du 1er juillet à ceux qui ne respectent pas les règles. Elles vont de 100 à 500 euros pour les citoyens, et de 1 000 à 5 000 euros pour les établissements commerciaux qui enfreignent, par exemple, les mesures sanitaires.

Tout le détail de ces nouvelles règles est à retrouver sur la page Facebook de La French Radio. Des règles qui s'appliquent donc à trois niveaux différents : d'abord dans certains quartiers de la banlieue de Lisbonne, ensuite dans toute l'aire métropolitaine de la capitale et enfin dans le reste du pays.

Bilan épidémiologique : 1 549 morts et 40 415 cas positifs

On en vient donc au bilan épidémiologique communiqué par les autorités sanitaires. La tendance de ces dernières semaines se maintient, avec encore 311 cas détectés en une journée, dont les trois quarts dans la région de Lisbonne et de la vallée du Tage. Le nombre de personnes contaminées au Portugal s'élève désormais à plus de 40 400, et celui des décès à 1 549, c'est six de plus qu'hier, dont quatre dans la région de Lisbonne. Donnée importante, le taux de létalité du virus reste faible, à 3,8 %. 

Centeno bientôt gouverneur de la Banque du Portugal

Dans le reste de l'actualité… Mario Centeno sera très probablement le prochain gouverneur de la Banque centrale portugaise. L'ancien ministre des Finances a quitté le gouvernement récemment, mais son mandat à la tête de l'Eurogroupe court toujours jusqu'au 12 juillet. En attendant, Centeno a été choisi hier par le Premier ministre Antonio Costa pour occuper au poste de gouverneur de la Banque du Portugal. Un poste qui se libère le 7 juillet.

Football : Braga repasse 3e, avant le match du Sporting

Un mot de football, pour signaler la victoire hier soir de Braga 3-2 face à son voisin Guimarães. Braga qui repasse donc provisoirement 3e du classement de la Liga NOS, avant le match du Sporting ce soir. Les Lions se préparent aussi à un derby, mais cette fois à Lisbonne, face à Belenenses à 19 h 15.

Météo : pluie dans le nord-ouest

La météo enfin, aujourd'hui le temps se gâte, principalement dans le nord ouest. De la pluie et un ciel couvert sont annoncés à Coimbra, mais aussi à Porto, Braga et Viana do Castelo. Ailleurs, il fera plutôt beau, même si le ciel sera légèrement voilé. Côté températures, 25 degrés sont prévus cet après-midi à Lisbonne, dans le sud 22 à Sagres et 30 à Faro et enfin dans le nord 21 à Porto.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article