Toyota Yaris GR

26 avril 2021
Télécharger le podcast

Bonjour, bonjour à toutes et à tous,

Si je vous dis 3 cylindres, « soupir », Toyota, « Pfffffffff », bon et si je vous dis 261 cv ! « Aaaaah ! », 360 Nm de couple et seulement 1 280 kg « Et bé ! », quatre roues motrices ! « Oooooh ! » et le tout dans une Yaris, oui oui celle-là même qui est fabriquée à Valenciennes, ah oui ça… même les lieux de fabrication ne font pas rêver chez Toyota… cela dit, je connais peu d’usines aux pieds des pistes ou avec vue mer et là, en l’occurrence, cette Yaris n’a rien à voir avec l’hybride made in France que l’on croise tous les jours (sans que l’on s’en rend compte d’ailleurs) sur le chemin de l’école. La Yaris dont je vais vous parler s’appelle Yaris GR, GR comme « grosse race » qu’elle peut mettre à bien des prétentieuses de tous poils, écoutez plutôt, le 0 à 100 abattu en 5,3 s, le 1 000 m départ arrêté en pas tout à fait 25 secondes… ça veut dire que cette petite citadine à l’allure d’une voiture sans permis, peut piler une Ferrari Testa Rossa, c’est pas beau ça ? Y a de quoi mettre sous Lexomil quelques crétins adeptes de runs sur routes ouvertes, non ? Et moi qui ne comprends toujours pas l’intérêt d’un 3 cylindres, là je parlerais plutôt d’une demi six cylindres… car ce petit 1600 est une vraie réussite, en dessous de 3 000 tours, il ne se passe pas grand-chose, autrement dit, un moteur parfait pour être utilisé en ville. Mais au sortir de votre grande cité… moteur à température, vous enquillez, de docteur Jekyll sous 3 000 tours, vous passez à Mr Hyde jusqu’à 7 000 ! et dans cette zone, c’est le feu d’artifice du 14 juillet ! Mais attention, cette voiture n’est pas qu’un moteur, c’est aussi un châssis et quel châssis ! Tout est direct, sans temps mort, la voiture réagi immédiatement à vos ordres, avec ce feeling qui vous permet de sentir ses limites (lointaines) notamment en freinage un peu long en entrée de virage et qui entraine un léger décrochage du train arrière juste suffisant pour placer le train avant, génial, sachant que vous avez le choix entre trois modes pour répartir le couple moteur, normal avec 60 % sur l’avant, track 50/50 et si vous êtes d’humeur joueuse, sport avec 70 % sur l’arrière… et cerise sur le gâteau, tout cela avec une boite mécanique et un frein à main, un vrai, à l’ancienne ! Du coup cette voiture est aussi efficace que communicative, vous adoriez jouer avec vos Majorette et vos Matchbox quand vous étiez petits, bonne nouvelle, avec cette Toyota Yaris, ça va continuer ! Quoique… à l’heure ou l’on interdit les sapins de Noel, des étapes du tour de France et même certains rêves d’enfants, nul doute que ce genre de jouets, sera persona non grata sur nos routes très bientôt, alors avant d’être passible d’une peine de correctionnelle pour avoir conduit une voiture marrante, courrez vite chez m’sieur Toyota, parce qu’à pas tout à fait 36 000 euros, autant de performances, de plaisir (et de fiabilité), c’est cadeau !

La semaine prochaine, nous aurons encore la liberté de ne pas recevoir Pierre Hurmic, Gregory Doucet et Léonore Moncond’huy.

Au revoir, merci et bonne route.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article