Rolls Royce Cullinan

04 janvier 2021
Télécharger le podcast

M’sieurs Dames, 

Alors, autant vous prévenir tout de suite, si le pognon-full vous met mal à l’aise, que les 4X4 (les gros 4X4) vous agacent, que l’arrogance vous horripile, si le moindre gramme de CO2 émit provoque en vous de l’urticaire, bon, on ne peut pas exclure non plus que vous soyez un tantinet pénible, en tout cas, si tout cela vous dérange, un conseil pendant les 3 minutes qui viennent, baissez le son ! 

En effet cette semaine, non seulement, je vais vous parler de Rolls Royce (bon, déjà…), 

mais en plus du Cullinan, c’est-à-dire, l’ENORME tout terrain de Rolls Royce ! pas exactement le genre de caisse qu’on voit sur le parking du LIDL ou à la fête de l’huma si vous voyez ce que j’veux dire, même si le décalage serait terriblement « so chic », isn’t it ? 

Alors comment vous décrire ce que j’ai ressenti ? tant mes sentiments sont partagés… car oui, je suis partagé ! Parce qu’effectivement, cette voiture est évidemment aboutie, rien, absolument rien n’a été négligé pour que cette automobile soit hors normes, à commencer par le confort (maintenant le confort, chez Rolls, c’est un peu le service minimum…), je pense notamment aux 4 vitres électriques, aux ceintures de sécurité à enrouleurs à l’avant mais aussi à l’arrière, un rétro intérieur avec la fonction jour/nuit, également, un astucieux système de refroidissement de l’air qui permet d’avoir un habitacle toujours tempéré, mais ou est-ce qu’ils vont chercher ces inventions, c’est dingue ! que voulez-vous, on n’arrête pas le progrès ! 

Toujours est-il que ce Cullinan (du même nom que le plus gros diamant du monde), 

cumule des 1ères pour la marque, premier S.U.V (avec de vraies capacités off road), 

premier hayon (dites donc M’sieur Rolls, on se serait pas un peu inspiré de la Renault 16, des fois ?), premiers dossiers de banquette arrière rabattable (comme un Scenic, mais contrairement à ce dernier, l’assise est fixe, ah ben oui mais voilà, n’est pas Renault qui veut !), première transmission intégrale aussi (celle du BMW X5), mais que les puristes se rassurent, les traditions de la vénérable maison ont aussi été respectées, à commencer par le moteur, un V12 à la cylindrée mythique de 6,75 L (le « six trois quarts » pour les initiés),  on retrouve évidemment les fameuses portes antagonistes, sans oublier bien sur les buses d’aération rondes et chromées avec leurs tirettes un brin surannées, la moquette à la toujours incroyable épaisseur et qui vous ferait vraiment regretter d’avoir marché dans quelque chose qui vous porterait bonheur si cela avait été du pied droit et bien évidemment, bien évidemment surtout pas de compte tour ! laissons cela je vous prie au roturier Bentley Bentayga. A noter que le coffre s’ouvre en deux parties, comme le Range Rover mais la partie basse du Cullinan peut recevoir deux petits strapontins bien appréciables pour une pause bienvenue entre deux battues, en revanche, ils ne sont pas chauffants et là, c’est la faute ! et selon moi, ce n’est pas la plus grande et c’est pour cela que je suis partagé, 

parce qu’honnêtement, est-ce qu’une voiture de ce poids (2,7 tonnes) et cette puissance (571 ch) avec le bilan carbone qui va avec ne serait pas un peu too much ? un V8 hybride n’aurait-il pas été plus politiquement correcte ? au pire, est-ce que le Range Rover, précédemment citée ne serait pas largement suffisant ? Bon après, c’est un faux problème, puisque sur la France, l’année dernière, il s’en est vendu 5… 

Il n’en demeure pas moins que cette course entre constructeurs « à celui qui a la plus grosse » donne incontestablement du grain à moudre aux anti-bagnoles et autres ayatollahs de l’écologie… et leur font gagner du terrain.  

La semaine prochaine et à la demande appuyée de Jean Guillaume, grand adepte de cet équipement, nous comparerons les couvres-sièges en billes de bois de chez NORAUTO et FEU VERT. 

Merci, au revoir et bonne route. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article