Opel Mokka : les bagnoles c'est comme les boulots

13 décembre 2021
Télécharger le podcast

Bonjour, bonjour à toutes et à tous, 

Les voitures, c’est comme les métiers, toutes ne déclenchent pas le même enthousiasme…

Ah ben oui : « Vous, vous êtes ? G.O au club med, et vous Gérard ? comptable à la SOCOFRAT… à Macon… ben dis donc, tu dois sacrément t’éclater mon cochon ! non pas vous Gérard » et bien les voitures c’est pareil : « t’as ? une Porsche ! waouh ! et toi ? c’est votre troisième Opel Astra… ne m’dites rien, vous, vous êtes comptable à Macon ! ».

Alors, je sais ce que vous êtes en train de vous dire : « il ne va quand même pas nous faire ses trois minutes sur une Opel ! ». Alors sachez, que j’ai beau être chroniqueur sur lafrenchradio, j’ai encore un peu de fierté. Oui je sais, ma période de gloire lorsque j’étais animateur sur radio bleu Belfort, mes années fric, est derrière moi, mais enfin quand même trois minutes sur une Opel… Même s’il y a eu des Opel sympas. Mais non je déconne ! oh là là ! non 180 secondes sur une Opel, c’est super long ! et heureusement que je viens de faire une bonne grosse minute d’intro… et bien du coup, ça ne m’en laisse plus que deux pour vous parler du Mokka, le petit S.U.V d’Opel, enfin Opel… châssis, moteur et transmission ne sont ni plus ni moins que du Peugeot pur jus (ce qui n’est pas plus mal) ! et la fabrication de cette voiture allemande se faisant à Poissy qui comme chacun sait ne se trouve pas au milieu de la foret noir ! alors la fameuse « deutsche qualität » revendiqué par le service marketing… Hein ! 

Motorisations communes aux 208/2008, le petit trois cylindres 1200 cm3 qui selon moi, n’a jamais fait d’étincelles, un comble pour un moteur à explosion ! (Oh la vache, encore une vanne comme celle-là et je vais sentir le vent de la comptabilité moi) 

Autre déception, outre cette chronique, le fameux compromis confort/tenue de route pourtant si cher à Peugeot, ne se retrouve pas dans ce petit S.U.V, si la tenue de route est très correcte, le confort est plutôt du genre schpounz indelicät ! 

En revanche, l’équipement dès le premier niveau se montre plutôt riche surtout par rapport à son prix plutôt bien placé vis-à-vis des leaders que sont son cousin 2008 et le Renault Captur. L’esthétique innove la futur design de la marque notamment dans la calandre évoquant une « gloire » du passé du constructeur, à savoir la Manta… sachant qu’en Allemagne, lorsque l’on parle d’un beauf, on dit un Manta-fahrer… pas de bol. 

L’assemblage et la qualité des matériaux du mobilier, eux, ne souffrent guère la critique 

Bref, cette petite voiture est plutôt bien née, les bases faisant parties des références de la catégorie et pour qui veut, comme tout le monde désormais, rouler en S.U.V, cette voiture fera très convenablement le job… mais il lui manque quand même ce petit plus qui soulève les passions. 

Merci, au revoir et bonne route. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article