Mercedes Classe C

03 janvier 2022
Télécharger le podcast

 « Bonjour, bonjour à toutes et à tous », c’est fini ! trop inclusif… désormais, ce sera « Bonjour tout l’monde ! » Ah mais ! 

Alors pour ma petite pomme, l’essai d’une Ferrari, c’est un peu comme une interview de Nabila pour Jean Guillaume ou recevoir Jean Claude Van Damme dans le studio pour Thierry, c’est un peu notre graal à nous… et du coup, vous l’aurez compris ! le graal, c’est pas pour cette semaine, non, aujourd’hui, je vais vous parler de la toute dernière Mercedes classe C, franchement, comme plan B, y a pire, non ? la Mercos du jour est équipée du 2 litres diesel micro-hybridé de 200 cv. Très coupleux (440 Nm), se moteur, servit par une boite de vitesse automatique à neuf rapports est vraiment l’outil idéale pour les gros rouleurs, autrement dit si vous vouliez que je vous cause accélération, drift et V max de dingue… désolé, vous allez rester sur votre faim. Comme je vous le disais il y a quelques secondes, ce quatre cylindres (il n’est pas prévu de 6 cylindres et encore moins de V8 sur cette nouvelle génération « snif ») est micro-hybridé et honnêtement, heureusement que l’on me l’a dit ! reprises et accélérations toniques, consommations contenues (aux alentours de sept litres), peu de vibration et de bruit (même à froid) pour un diesel, bref mécaniquement, l’ensemble fait très bien le job, dynamiquement, avec le pack AMG, la voiture se veut beaucoup moins placide, elle ne s’avère pas encore aussi joueuse que sa principale concurrente la BMW série 3, mais Mercedes n’a pas l’intention de singer BMW sur bien des plans y compris stylistiquement… et c’est tant mieux ! (Bon, BM, c’est fait). Si cette classe C s’est inspirée d’une autre voiture, c’est de sa (très) grande sœur, la classe S, qui est à mon sens plus qu’une jolie référence, puisqu’elle est LA référence, à l’intérieur déjà, désormais l’on retrouve un écran central vertical de près de 12 pouces qui regroupe toutes les commandes classiques, clim, réglages multiples etc etc et un autre écran derrière le volant donnant toutes les informations propres à la conduite, vitesse, tours/minutes, GPS, tout cela étant bien sur paramétrables comme bon vous semble. Le système multimédia fonctionne sur la base du système MBUX de deuxième génération, à noter d’ailleurs, un système GPS à réalité augmentée qui est une réelle avancée en matière de confort et de précision. Ces deux écrans posés donnent un style épuré au tableau de bord (très bien fini du reste), mais malgré ce style léger, une impression de confinement (qui en a lassé quelques millions ces derniers mois) demeure et notamment à l’arrière ou l’on est loin de l’espace aux jambes de la Skoda Superb, espace loin d’être ridicule quand même. 

Bien que Mercedes soit reparti sur de nouvelles bases, cette énième classe C n’est ni plus ni moins qu’un peaufinage de la déjà très réussie précédente génération, au point de me dire que cette Mercedes est très certainement la nouvelle référence de sa catégorie. 

Autant à la fashion week ils sont très discrets, autant en matière de bagnoles, ils sont quand même sacrément bons ces allemands ! 

Merci, au revoir et bonne route !   

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article