Citroen C5 X

10 janvier 2022
Télécharger le podcast

Bonjour, bonjour tout le monde !

J’vais encore m’faire engueuler… ah ben si, après DS3, 4, 9, voilà pas que j’m’en vais encore vous causer Citroën… ben v’oui. Alors attention, ne vous méprenez pas sur mon compte, je n’ai pas deux chevrons tatoués sur la poitrine, je ne souhaite pas qu’après ma mort, l’on disperse mes cendres quai de Javel, ah non non non, rien de tout ça ! y a juste que depuis la rentrée, celui qui occupe le terrain en matière de nouveauté tricolore, c’est principalement Citroën ! et si y a bien une marque qui ne me fait pas vibrer, c’est bien celle-ci, je m’explique, je suis un quinquagénaire, mais je fais moins, ça veut dire que j’ai grandi avec la GS de papy Pierrot (la route Napoléon en GS… oh la punition !), la Visa de l’oncle Maurice, c’est marrant, on dit parfois que les gens ressemblent à leurs chiens, ben tonton Maurice, lui, il ressemblait à sa Visa, il est mort puceau et qui n’a pas eu un vieux voisin qui faisait patiner l’embrayage de sa Xsara lorsqu’il partait faire ses courses le samedi après-midi, alors qu’il avait toute la semaine pour les faire pendant que les actifs bossaient, vieux con ! bref autant vous dire que je partais avec un apriori négatif et pourtant, je vais vous dire du bien de la nouvelle berline C5 X ! en matière de design, si je dois faire simple, c’est une grosse C4 avec cet avant (comprenez la calandre et les phares) tarabiscoté, des feux de jours qui partent dans tous les sens, l’arrière tout aussi compliqué avec un hayon en guise de coffre, évoquant un faux air de break, haut perché comme un 4X4... C’est dire si l’on part de loin avec cette voiture, pas tout à fait berline, pas vraiment break de chasse et pas complétement S.U.V, on pourrait la qualifier de… batarde et pourtant, et ben pourtant… ça marche ! ça marche parce que cette voiture s’avère certes statutaire par ses dimensions (4,81 de long dont 2,79 d’empattement), confortable (Citroën oblige), pratique (un coffre de 545 dm3), mais elle ne donne pas l’impression de vouloir aller sur le terrain du premium allemand, nous évitant ainsi certaines fautes de gout tant appréciées par une clientèle en mal de reconnaissance sociale (un petit bonjour à nos amis parvenus !). Coté, motorisations, le choix est relativement succin, deux essences (130 et 180 CV) et une hybride rechargeable de 225 CV, pas plus de boite mécanique que de diesel, trop polluant… enfin pour nos petits poumons, on préfèrera donc pourrir ceux d’enfants africains à la recherche de cobalt dans les mines de RDC pour fabriquer nos vertueuses (?) batteries… dommage, dans la banque d’organe du groupe, le 2 litres diesel de 180 CV aurait fait de cette C5 X l’outil idéale pour les voyages au long cours. Autre bémol, son lieu de fabrication, la Chine, lorsque l’on sait que la très japonaise Toyota Yaris est fabriquée à Valencienne, faudra quand même qu’un jour on m’explique ! 

Mais ne boudons pas notre plaisir, les marques françaises occupent encore le terrain de la berline familiale et c’est bien là le principal ! 

Merci, au revoir et bonne route ! 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article