Audi RS6

30 septembre 2020
Télécharger le podcast

Si je vous dis V8, bi turbo, 600 cv DIN, 800 NM de couple, 4 roues motrices ET directrices de 22 pouces, le 0 à 100 abattu en 3,6 s et une V-MAX débridée à 305 km/h ! vous me répondez : … ben non, pourquoi voulez-vous que je vous parle du Renault Scénic ? aujourd’hui, je vais vous parler d’un monstre automobile appelé RS6, Audi RS6 ! alors, c’est vrai, pour le prix d’une RS6 full options, vous pouvez vous payer 8 Renault Scénic, mais en même temps, qu’est-ce que vous allez faire de 8 Renault Scénic ? Oh et puis flute à la fin, qu’est-ce que c’est que cette fixette autour du Renault Scénic ? Oh ! Bon, revenons à notre Audi RS6 et vous savez quoi, et ben, bof, oui oui, bof… alors oui, ça pousse ! et fort même ! aussi… avec 600 cv, ça peut, mais m’sieur Audi aurait fait encore mieux avec 150 cv de moins si sa péniche avait minci de 300 kg et oui, parce qu’à un peu plus de 2,2 tonnes (conducteur compris) sur la balance, on a plus à faire une bonne grosse mémère qu’à une sportive… Sinon, ça ne passe pas vite en virage, ça passe très vite ! bon, maintenant avec des pneus d’Airbus… mais comment vous dire, le problème n’est pas que là, bon, allez, je fais mon vieux machin ! et n’en concluez pas pour autant, que je sois un adepte du « c’était mieux avant » hein ! mais, fut un temps ou Audi était apprécié pour ses qualités, tant dynamique (comme aujourd’hui encore) qu’esthétique, esthétique parce que discrète, sans effet de style gratuit, adressé à une clientèle de connaisseurs qui ne cherchait pas l’esbroufe, vous pouviez garer votre RS6 de 1ère génération devant chez vous sans que vos voisins ne voient de différence avec le break TDI de l’antiquaire du bout de la rue, rappelez-vous, l’arrogance, le too much on laissait cela à BMW et sa clientèle bling bling ! Aujourd’hui, essayez de vous garer devant le centre des impôts avec cette nouvelle génération. Rien que l’éclairage, vous mettez le contact, avec la combinaison phares/feux full matrix, leds, laser, dans tout ça, y a peut-être même des ampoules basse consommation, ça clignote de partout, même sous les portes avant, lorsque vous les ouvrez, apparait sur le bitume, en rétro éclairage, le logo « AUDI SPORT » c’est plus une bagnole, c’est un sapin de Noel ! Non mais à part ça, on fait pas dans le too much ! l’inévitable bloque compteurs paramétrable à l’envie ou il est même possible d’avoir un compte tours centrale qui n’est pas sans évoquer celui des Renault 11 TXE électronique… à cela, vous rajoutez des entrées d’air hypertrophiées, des spoilers, diffuseurs en alu ou en carbone, une peinture noir Sebring c’est-à-dire avec des paillettes bleu (ça s’invente pas) et là, enfin vous avez une solution pour ces pauvres amateurs de Dolce Gabbana considérés par certains comme des demi-dieux et qu’ici nous appellerons plus sobrement, des footeux, parce que vous êtes marrant vous, mais quand vous jouez en ligue 1 depuis près de 3 ans, que vous en êtes déjà à votre 4ème Porsche Cayenne, qu’est-ce qui vous reste pour dépenser votre argent à tort et à travers ? Ah ben oui ! c’est facile pour vous, on voit bien que vous n’avez pas les mêmes préoccupations que ces millionnaires en short ! assurément, on n’est pas au concourt d’élégance de la villa d’Este, mais plutôt au Lunéville tuning show !!!

Trop de poids, trop de puissance, trop d’effets, trop d’euros, maintenant si l’alternative à tout cela c’est 8 Renault Scénic, là, moi je dis : c’en est trop !

La semaine prochaine, nous recevrons Alain Finkielkraut qui viendra nous parler de ses deux passions cachées que sont la musculation et son 4X4 Hummer.

Au revoir, merci et bonne route.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article