23/04 - Anne est de sortie : Saint Vincent et ses corbeaux

23 avril 2021
Télécharger le podcast

Vous avez sûrement déjà remarqué les corbeaux qui sont disséminés un peu partout dans la ville. Sur le drapeau de Lisbonne, d’abord, sur les poubelles, sur les lampadaires. On fait souvent référence à ces corbeaux. Qui sont-ils?

Ce sont les corbeaux de Saint-Vincent : le patron de la ville de Lisbonne car ce n’est pas Saint-Antoine, c’est Saint-Vincent.

Saint Vincent n’est autre que Saint Vincent de Saragosse, celui à qui l‘église de Saint-Germain des Prés à Paris fût initialement dédiée. Il est aussi le patron des vignerons en France.

L'histoire commence en l’an 304, Vincent, diacre de Saragosse meurt martyrisé à Valence sur les ordres de Dioclétien. Son corps est livré aux oiseaux de proie mais grace à un corbeau qui monte la garde à ses côtés il n’est pas dépecé. Furieux, l’empereur ordonne qu’on l’attache à une meule et qu’on le jette en mer. Le corps échoue sur une plage, où des mozarabes l’enterrent avant de le rapporter à Valence.

Au VIIIe siècle, persécuté par les musulmans, un petit groupe de mozarabes met le corps du martyr dans une barque et toujours suivis du corbeau gagne la haute mer. Le courant entraîne l’embarcation jusqu’au cap de Sagres, où la dépouille est à nouveau enterrée sous une petite chapelle.

Au 12e siècle, le roi Afonso Henriques décide d’aller chercher la dépouille, mais son projet n’aboutit pas. Celle-ci toujours suivie d’un corbeau est finalement transportée à Lisbonne par des mozarabes en 1176. Vincent devient le saint patron de la ville de Lisbonne. Ses restes trouvent le repos dans la cathédrale (initialement installés dans l’église de Santa Justa détruite par le tremblement de terre), où le corbeau installé dans la tour, vécut, dit-on encore de longues années.

Alors l’histoire de ces 2 corbeaux est probablement en partie une légende. Il se pourrait que cette image du bateau escorté par les  corbeaux soit apparue bien avant le 12e siècle et qu’elle ait été récupérée au transfert des reliques de Saint-Vincent et qu’elle ait trouvé une place dans l’histoire de ce Saint. 

Alors Saint-Antoine ou Saint-Vincent, y a-t-il de la place pour les deux?

Au musée des arts anciens c’est le cas. Vous trouverez le triptyque de Jérôme Bosch “La tentation de Saint Antoine” ainsi que le polyptique de Saint Vincent attribué à Nuno Gonçalves.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article