Les infos de la semaine : couvre-feu, grève des infirmiers, São Martinho, alliance de droite aux Açores, football ce soir

14 novembre 2020
Télécharger le podcast

Comme chaque samedi, on vous propose une petite sélection d'informations qui ont marqué la semaine, en s'appuyant sur les flashs infos que vous pouvez écouter tous les jours sur La French Radio.

Couvre-feu en vigueur depuis lundi

Lundi, le couvre-feu est officiellement entré en vigueur au Portugal. Depuis lors, il est interdit en semaine de circuler de 23 h à 5 h du matin dans les zones du pays où le risque de contagion au coronavirus est élevé. Cela concerne bien sûr les aires métropolitaines de Lisbonne et Porto. Le week-end, le couvre-feu est plus strict, puisqu'il est impossible de circuler entre 13 h et 5 h le lendemain. 

Les infirmiers en grève 

Mardi, on évoquait le "cri d'alerte" poussé par les infirmiers, qui ont été en grève toute la semaine, jusqu'à ce vendredi. Les infirmiers se disent "fatigués, épuisés, démotivés". Leur mouvement, appelé le 23 octobre et maintenu malgré la pandémie par le Sindepor, le syndicat démocratique des infirmiers portugais, a toutefois été limité pour continuer à lutter contre le Covid-19. Parmi leurs revendications, les infirmiers souhaitent le dégel de leurs carrières, une prime de risque et la retraite à 57 ans.

Jour de São Martinho au Portugal

Mercredi, comme chaque 11 novembre, on célébrait la São Martinho au Portugal. La coutume veut qu'en ce jour, on fête le vin nouveau, celui qui a été vendangé en septembre ou en octobre. On l'accompagne généralement de châtaignes grillées et d'une petite liqueur de Jeropiga. Cette fête conviviale, aussi appelée "magusto", est en l'honneur de Saint-Martin de Tours. En France, mercredi était férié. On y commémorait l'armistice signé le 11 novembre 1918 entre les Alliés et l'Allemagne, et donc la fin des combats sanglants de la Première Guerre mondiale.

Le couvre-feu du week-end étendu à 191 municipalités

Jeudi, les règles sanitaires se sont encore durcies au Portugal. Le nombre de municipalités considérées à risque et appelées à respecter le couvre-feu est passé de 121 à désormais 191. Au total, 8,4 millions de résidents au Portugal, sur une population d’un peu plus de 10 millions, sont concernés par cette interdiction de circuler. “La situation est grave et plus critique que ce que nous avons connu au cours de la première vague de la pandémie”, a déclaré Antonio Costa à l’issue du conseil des ministres. Pour savoir si votre municipalité de résidence est concernée ce week-end par le couvre-feu, vous retrouverez dans le podcast de ce flash infos un lien vers une carte du Portugal interactive où tout est indiqué

L'accord entre le PSD et Chega aux Açores divise la droite

Vendredi, on s'intéressait à cette alliance aux Açores qui divise la droite. Le PSD, le Parti social-démocrate, principale force d'opposition au Portugal, a passé un accord avec le parti Chega d'André Ventura. Cette alliance va permettre au PSD de gouverner la région après plus de 20 ans de gouvernance socialiste. Mais au sein même du grand parti de centre-droit, cet accord avec Chega, un parti classé par certains à l'extrême droite, suscite de nombreuses critiques. Des critiques balayées par le leader du PSD, Rui Rio, qui a ironisé sur Twitter sur la montée du fascisme aux Açores.

De son côté, Chega a annoncé qu'il allait engager une action en justice contre Antonio Costa, qui avait qualifié le parti, je cite, "d'extrême droite xénophobe et raciste", "le pire qui existe en Europe". 

Football : Portugal-France ce soir à 19 h 45 en Ligue des nations

Enfin on termine par un mot de football, le Portugal reçoit ce soir à 19 h 45 l'équipe de France au stade de la Luz. Un match à enjeu dans le cadre de la Ligue des nations. Les Portugais restent sur une victoire 7-0 en amical contre Andorre cette semaine, et les Bleus sur une étonnante contre la Finlande 2-0.

C'est tout pour cette semaine, on se retrouve lundi à partir de 7 h 30 pour un nouveau flash infos. Bon week-end !

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article